Nucléaire : recul prononcé de Nicolas Hulot

Le ministre de l’Environnement recul chaque jour un peu plus, depuis le début du quinquennat. Très nucléarisée, la France voulait réduire depuis 2015 la part de l’atome dans sa production d’ici 2025. Raté. Nicolas Hulot a lui même avoué que cet objectif était intenable . De quoi agiter les politiques français et les associations de défense de l’environnement. 

Avec 58 réacteurs pour 19 centrales nucléaires, la France est le pays le plus nucléarisé du monde. ©AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

Nouveau coup dur pour Nicolas Hulot. L’objectif de réduire 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité française ne pourra pas être réalisé avant 2030.  Si la loi sur la transition énergétique, votée en 2015, obligeait la France à faire reculer la part du nucléaire à 50% avant 2025, le gouvernement a admis qu’il était impossible de satisfaire cette objectif sans sacrifier les engagements climatiques pris par l’hexagone.

« Si l’on veut maintenir la date de 2025 pour ramener dans le mix énergétique le nucléaire à 50 %, ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques » Nicolas Hulot lors du compte rendu des ministres, mardi 7 novembre

A l’instar de l’Allemagne, la France devrait utiliser des centrales à charbon pour compenser la baisse du nucléaire, révèle les études du gestionnaire du réseau de transport d’électricité RTE. Pourtant,  depuis juillet 2017, l’Etat prévoit la fin des centrales à charbon en France pour 2022. Nicolas Hulot a ré-affirmé cette volonté de fermer toute centrale à charbon sur le territoire français à cette date butoir.

Le ministre de l’Environnement attaqué de toute part

Avec ce nouveau recul, nombres de politiques et d’associations n’ont pas hésités à dénoncer ce renoncement.  » Ne vous trompez pas » lance Greenpeace, invitant le minsitre de l’écologie à devenir le rempart du gouvernement macron contre les lobbys.

« Un nouvel arbitrage perdu pour le renouvelable. En restant au gouvernement, Hulot cautionne plutôt que freine ces renoncements », expliquait le porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou. Yannik Jadot, militant écologiste, va même plus loin en expliquant que Nicolas Hulot est en train de « se faire le porte voix des lobbys ».

Face à ce déferlement, le ministre de l’environnement juge qu’il est important de fournir une date butoir réalisable. « Tout cela va prendre quelques mois, et en fonction de ça nous fixerons une nouvelle date » explique-t-il lors du compte rendu des ministres, avant de préciser dans la soirée sur Public Sénat qu’il se concentrera sur « l’échéance 2030 -2035 ».

 

Yanis Darras

Crédit photo à la une:  AFP/Archives

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s