David Moyes, à la recherche du temps perdu

Intronisé nouvel entraîneur de West Ham, David Moyes connaît son quatrième club en quatre ans. A 54 ans, l’ancien joueur du Celtic a l’occasion de revenir sur le devant de la scène. Probablement sa dernière chance. 

David Moyes
David Moyes est le nouvel entraîneur de West Ham | Crédits: Getty Images

A la manière de Frédéric Antonetti, Frédéric Hanz ou Roland Courbis pour la Ligue 1, son nom revient à chaque limogeage en Angleterre. David Moyes avait été pressenti d’emblée pour succéder à Craig Shakespeare à Leicester. Il était annoncé avec insistance à Everton pour relever une équipe en plein naufrage. Il aurait même pu prendre en charge la sélection écossaise, absente de la prochaine coupe du monde. C’est finalement du côté de West Ham qu’il a débarqué, après une nouvelle défaite contre Liverpool (1-4). 

Depuis son départ d’Everton pour Manchester United, David Moyes est entré dans une nouvelle dimension: celui d’entraîneur renommé. Mais l’histoire qui aurait du être la sienne a volé en éclats. Instantanément. Moins d’un an plus tard, le néo-Mancunien était éjecté de son nouveau fauteuil. Souffrant de la comparaison évidente avec Sir Alex Ferguson, le successeur annoncé (« Chosen One ») est alors devenu le « Looser One ».

Lui, l’homme qui avait remis Everton au premier plan après 11 années passées chez les Toffees, lui, l’homme choisi par Sir Alex Ferguson pour être son successeur, lui qui a révélé Wayne Rooney, venait d’échouer à ManU. Une succession impossible ? Peut-être. Toujours est-il que Moyes ne s’est jamais relevé de son échec. « Concilio et Labore » (Sagesse et Travail), la devise de la ville de Manchester, était pourtant aussi celle de Moyes lorsqu’il officiait dans le Merseyside. Son chemin de croix commençait alors…

Une saison et puis s’en va

Parti en Espagne à l’automne 2014, David Moyes se voit offrir un poste sur le banc de la Real Sociedad. Alors bien mal en point, la Real fait appel au sauveur d’Everton. La mayonnaise prend, l’écossais maintient sa nouvelle équipe en Liga et se remet à rêver. La fin du calvaire ? Aucunement ! Tout juste un an après son arrivée, il est à nouveau limogé, alors 16ème du championnat. Nouveau coup de massue pour le clan Moyes.

Sam Allardyce laissant la place vacante, retour du grand David de l’autre côté de la Manche. A Sunderland, il a la lourde charge de maintenir les Black Cats en Premier League. Depuis sa remontée dans l’élite en 2007, les sextuples champions d’Angleterre luttent (avec brio) pour le maintien. Mais la saison 2016-2017 est celle de trop pour Sunderland qui coule complètement, comme en 2006. 6 victoires pour 26 défaites, le bilan est bien maigre pour Moyes et ses hommes. Nouvelle désillusion pour le triple manager de l’année en Angleterre (2003, 2005 et 2009), qui démissionne en fin de saison.

West Ham, le retour en grâce ?

Habitué des grands sauvetages, le capitaine Moyes est enfin de retour en Premier League. Après le départ de Slaven Bilic, il (re)prend les rênes d’une équipe en totale perdition. Nouveau banc, nouveau défi de taille pour l’ancien du Celtic. Va-t-on revoir le David Moyes qui faisait briller Everton au début des années 2000 ? Reverra-t-on le spectre d’un entraîneur marqué par un virage raté à Manchester United ? Suspense totale, pour une question vitale.

Une chose est sûre, si Moyes veut retrouver son statut de manager reconnu, il lui faudra transformer littéralement les Hammers. En pleine crise et au bord de l’implosion, West Ham a choisi de miser sur son expérience et lui offrir une chance (ultime ?) de démontrer ses talents. Dos au mur, les Irons sont relégables, un point derrière Bournemouth et West Brom. Mais avec la moins bonne défense du championnat (23 buts encaissés après 11 rencontres), la « mission maintien » s’annonce compliquée. A moins que David Moyes ne retrouve la formule magique

Car si les résultats sont loin d’être à la hauteur, le technicien bénéficie cette fois d’un effectif de qualité, bourré de talents en mal d’efficacité. Les motifs d’espoir sont en tout cas nombreux. Après une coupure de 10 jours, les trois premiers matchs seront primordiaux pour David Moyes et ses hommes: Watford, Leicester puis Everton. Trois gros tests d’entrée, avant trois autres matchs d’un tout autre niveau: City, Chelsea, Arsenal. Une cadence folle qui n’a (semble-t-il) pas effrayé le nouvel entraîneur de West Ham. Gare au coup de marteau.

Quentin GESP

Photo de couverture : ???

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s