« C’est plus que de la colère, c’est de la rage » : le père d’Estelle Mouzin attaque l’Etat en justice

Quinze ans après la disparition d’Estelle Mouzin à Guermantes (Seine-et-Marne), son père Eric Mouzin a décidé de porter plainte contre l’Etat. Il souhaite que la culpabilité des services de police dans l’échec des recherches et la mauvaise gestion du dossier soit reconnue.

Un avis de recherche authentique peu après la disparition d’Estelle

Le 9 janvier 2003 disparaissait Estelle Mouzin à la sortie de l’école dans la petite ville de Guermantes en Seine-et-Marne. Quinze ans après, le mystère autour de la disparition de la jeune fille reste entier, les enquêteurs ne disposant à l’heure d’aujourd’hui d’aucune piste crédible ni d’aucun suspect potentiel. A la veille de la commémoration annuelle qui se tiendra à Guermantes, non loin de l’endroit où a été aperçue Estelle pour la dernière fois, le père de la fillette Eric Mouzin et ses avocats ont déclaré au cours d’une conférence de presse vouloir attaquer l’Etat « pour faute lourde ». Une décision qui s’impose selon les propos d’Eric Mouzin qui pointe tant la défaillance des services de justice que la gestion de l’affaire par les enquêteurs.

J’ai été baladé, pris pour un con pendant toutes ces années.

Une démarche menée contre l’institution de la justice par celui qui estime n’avoir jamais été tenu informé de l’avancée de l’enquête et qui dénonce le travail des services de police dans les moyens mis en oeuvre dans ce genre d’affaire. Eric Mouzin explique avoir atteint « point de non retour » et juge insupportable que l’affaire ne tourne désormais plus qu’autour d’une gestion passive et opaque du dossier.

Au bout de 15 ans, je ne suis pas là pour entendre un juge d’instruction [le 7ème] me dire ‘Je mets de l’ordre dans le dossier’.

Quinze années d’enquête infructueuses

L’affaire Estelle Mouzin avait connu une médiatisation d’ampleur tant les circonstances de la disparition de l’enfant demeurent encore inconnues. Dernier rebondissement en date, la mise en cause de Nordahl Lelandais, principal suspect dans la disparition de la petite Maëlys cet été en Isère, dans le cadre de l’enquête. Une éventualité rapidement réfutée par les enquêteurs.

Pourtant Eric Mouzin ne perd pas espoir de retrouver un jour sa fille même si selon lui, remettre en cause l’Etat c’est « prendre le risque d’arrêter l’enquête » :

Je cherche Estelle, si on trouve son ravisseur, tant mieux. Il n’y a pas d’esprit de vengeance. Malheureusement, depuis quinze ans, je commence à me faire à cette idée de ne jamais savoir.

Alexandre Chabaux

 

Crédit photo à la une : Parismatch

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s