Le foot anglais au coeur d’un scandale de pédophilie

Le foot anglais est en plein séisme… Une affaire de pédophilie éclabousse la profession depuis plus de trois semaines. 55 clubs sont concernés et le scandale est d’une ampleur inédite puisque la Fédération anglaise est mise en cause.

Un scandale de pédophilie éclabousse le foot anglais
Un scandale de pédophilie éclabousse le foot anglais. DR

Il était seul. Puis deux, trois, et maintenant ils sont plus de 900 victimes. Des hommes qui des années après, témoignent à visage découvert de leurs viols, abus et de la honte.

Les témoignages de joueurs accusant d’agressions sexuelles leurs anciens coachs lorsque ils étaient enfants ou ados se multiplient. Andy Woodward, 43 ans, est le premier à se confier dès novembre au journal The Guardian. L’ancien joueur professionnel à Sheffield United révèle les multiples agressions qu’il a subi dès 11 ans de la part de Barry Bennell. L’homme était alors chargé de recruter des jeunes talents pour plusieurs clubs du Royaume-Uni dans les années 80 :

«J’étais un gamin parmi d’autres. Je jouais pour le club de ma ville quand j’ai été approché par Barry Bennell. C’était un coach important. Il a parlé à mes parents pour savoir s’ils accepteraient que je rejoigne son groupe professionnel à Manchester. Ils ont dit OK. Il a dû remarquer que j’étais quelqu’un de docile et de vulnérable. Il a recontacté mes parents pour savoir si je pouvais rester chez lui le week-end. Il leur disait que ce serait bénéfique pour ma carrière. Ils ont accepté parce qu’ils voulaient plus que tout que je devienne footballeur. C’est à partir de là que tout a commencé. Je revois le billard, la grande télé. C’était comme dans un magasin de jouets pour garçons. Et puis, ça se passait. J’ai été choisi, mais je n’étais pas le seul. De mémoire, ça a duré quatre ans. Peut-être un peu plus. C’était systématique.»

Le premier joueur a dénoncé les violences sexuelles
Le premier joueur a dénoncé les violences sexuelles

Pendant le scandale, on parle d’un enfant abusé et d’un entraîneur criminel. Mais dans les jours qui suivent, d’autres joueurs (Paul Stewart, David White…) racontent leur enfance brisée et les agressions.

Des crimes cachés par les clubs et la Fédération Anglaise

Après les nombreuses révélations, le président de la FA (Fédération Anglaise de Football) Greg Clarke, parle de la «pire crise qu’il ait jamais traversée dans ce sport». La Fédération de foot a ordonné l’ouverture d’une enquête interne «sur les mesures qu’elle aurait ou n’aurait pas prises durant ces années face à des rumeurs ou des soupçons». Mais les accusations de complicité de la FA et des clubs se multiplient. Plusieurs victimes dénoncent le silence des instances de foot.

Le club de Chelsea s’est «profondément excusé» pour avoir payé 50.000 euros à son ancien joueur, Gary Johnson, en échange de son silence sur des actes d’abus sexuels dont il accuse Eddie Heath, recruteur de talents dans les années 70.

La Fédération Anglais de Football est aussi accusée d’avoir voulu cacher ces agression. Russel Davy, ancien gardien des équipes jeunes de Charlton, a déclaré que sa lettre écrite à la FA en 1986 est restée sans réponse. En 1997, cette même fédération avait déclaré un « no comment » à un documentaire de Channel Four sur l’histoire de Ian Ackley, qui se disait victime de Barry Bennell l’entraîneur au cœur du scandale.

Les deux anciens joueurs pendant une conférence de presse
Les deux anciens joueurs pendant une conférence de presse

Aujourd’hui, plus de 55 clubs de football amateurs et professionnels sont dans le radar d’une vingtaine de forces de police à travers le pays. Plusieurs de ces organisations comme Manchester City ou Charlton Athletic, ont annoncé l’ouverture d’enquêtes internes. D’autres, comme Newcastle et Southampton, ont déclaré «coopérer pleinement avec les autorités».

Des poursuites compliquées

Les différents témoignages des 900 victimes permettent de comprendre l’ampleur des agressions. Le scandale est profond et ne se limite pas à un seul prédateur. Le recruteur Barry Bennell, avait déjà été condamné à trois reprises entre 1994 et 2015, pour des agressions sexuelles sur de jeunes footballeurs. La BBC Radio 4 dévoile que quatre anciens joueurs de Southampton ont accusé un ancien employé du club d’agressions sexuelles dans les années 1980. L’homme, dont l’identité n’a pas été dévoilé, aurait été contraint de quitter le club, mais travaillerait toujours dans le milieu du football.

De nombreux agresseurs sont morts (sans avoir été jugés) comme Eddie Heath ou Hugh Stevenson. Bob Higgins, ancien coach des juniors de Southampton, s’est évaporé dans la nature depuis les nombreux témoignages accusateurs. Pour l’heure, seul l’ancien entraîneur, Barry Bennell est incarcéré. L’homme de 62 ans sera jugé en janvier pour agressions sexuelles sur mineurs.

Mégane Joisin

Photo à la Une : DR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s