En Iran, les mobilisations contre le voile continuent

Depuis le début du mois de janvier, une trentaine de femmes ont été interpellées après s’être montré publiquement sans voile. Ces revendications et ces protestations envers la loi islamique de 1979 font état d’une libération de la femme dans les pays où la religion dirige.

Des femmes protestent dans les rues d’Iran contre le port du voile obligatoire (crédit photo: page Facebook My Stealthy Freedom)

Si la loi en elle-même date du siècle dernier, les différentes manifestations qui ont eu lieu dans le pays sont bien novatrices. C’est fin décembre que les protestations avaient démarré pour, au départ, revendiquer la fin de la vie chère et les inégalités. Evidemment, les inégalités hommes/femmes se sont mêlées à ces rassemblements pour ensuite prendre une place importante. C’est ainsi que la question du droit de la femme a été soulevée et avec elle le port du voile.

Masih Alinejad, journaliste iranienne et militante pour le droits des femmes, lutte depuis des années contre ces « diktats » vestimentaires qui sont en place depuis des années : « Le port du voile obligatoire est un problème de Droits humains et un problème de Droits des femmes […]. La réalité est que le port du hijab obligatoire porte atteinte à l’identité des femmes. Ce que nous portons ou ce que l’on nous oblige à porter affecte la façon dont nous nous voyons nous-mêmes. Si nous sommes vues comme soumises, alors cette image de soumission deviendra auto-réalisatrice », explique t-elle à Révolution Féministe.

Conséquences radicales au sein du pays

Le Monde a révélé que ces manifestations étaient considérées comme « minimes » et « enfantines » par les autorités. Dénonçant une influence venue de l’étranger, le procureur de la république islamique Mohammad Jafar Montazeri avait notamment déclaré  que les manifestantes agissaient par pure ignorance et que l’affaire « insignifiante » n’avait rien de préoccupant.

Loin de tirer des conclusions hâtives, les différentes sanctions infligées aux femmes se sont vues « atténuées ».  Si d’un côté, les choses semblent ne pas changer, de l’autre côté, dans la capitale la police à décidé d’assouplir les différentes condamnations « Ceux qui ne respectent pas les codes islamiques ne seront plus placés en centres de détention et n’auront pas de casier judiciaire ». Tout cela ne sonnera pas le point final d’une lutte.

Au contraire, à travers tout le pays, les femmes se libèrent de leur voile montrant ainsi que les dikats vestimentaires ne doivent pas diriger leur vie.

La militante et avocate des droits de l’Homme iranienne Nasrin Sotoudeh a expliqué au New York Times « Je pense que d’autres protestations vont suivre.Il est évident que les femmes veulent désormais décider de leur manière de s’habiller ».

La mobilisation prend donc de plus en plus d’ampleur et ne semble plus affecter que l’Iran. Une lutte qui dépasse donc les frontières.

 

Léa Bourgoin

Crédit photo à la une : dessin de Kianoush via courrier international

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s