Edouard Detrez : « Le but était de devenir un fleuron de l’industrie française »

Edouard Detrez est arrivé à Paris mercredi 24 janvier. Vingt jours après son départ de la petite ville de Lectoure, le créateur de l’entreprise « Le Fauteuil Roulant Français » s’est rendu au ministère des Solidarités et de la Santé, pour y parler des thèmes qui lui tiennent à coeur. 

Edouard Detrez sortant de son rendez-vous avec la secrétaire d’Etat aux personnes à mobilité réduite , Sophie Cluzel ©Yanis Darras

Quelques jours avant sa rencontre avec le président de la République, Edouard Detrez avait réussi à rencontrer la secrétaire d’Etat aux personnes à mobilité réduite au ministère de la Santé. L’occasion pour lui de parler de sujets importants comme l’accessibilité et aborder l’avenir de son entreprise au sein de l’hexagone. Nous avions alors réussi à le rencontrer.

Comment allez-vous après ce périple de 712 kilomètres, de Lectoure dans le Gers, jusqu’à Paris ? 

« Psychologiquement  je me sens bien mais physiquement, je suis fatigué. Il va falloir que je prenne quelques jours de repos après. Ca été intense, éprouvant .C’était grandiose mais difficile. »

Dans son fauteuil rouge, Edouard Detrez a le sourire. Tout juste sorti de son rendez-vous au ministère, le jeune homme semble comme sur un petit nuage. Mais pas le temps de rêver. Dans une trentaine de minutes, l’Assemblée Nationale se tiendra devant lui, avant de se rendre au Sénat .  » C’est aventure est magique » nous confit-il.

Comment s’est passé votre rendez-vous avec la secrétaire d’Etat, Sophie Cluzel ?

« Très bien, on a pu échanger sur le fauteuil roulant français, sur des grands thèmes qui sont aussi liés à la question du handicap. On beaucoup parlé d’accessibilité. De l’accessibilité au niveau des parcours que j’ai emprunté  et j’ai essayé de rendre un petit peu compte de ce qu’il reste à faire mais j’ai surtout souligné les efforts qui avaient déjà été réalisés. Je pense que c’est important de le souligner. Et justement, suite à ses efforts, voir comment notre société pourrait être beaucoup plus adaptée et inclusive pour les personnes en situation de handicap. »

Vous deviez finir votre marathon à l’Elysée et finalement vous le finissez au minsitère de la Santé. Pourquoi ce changement de programme ? 

« L’Elysée c’était avant tout un symbole. Quand on parlait d’Emmanuel Macron, c’était avant tout pour un visage, puisqu’il représente l’Etat. Vouloir rencontrer le président de la République  permettait de rassembler autour de ce projet et ça a très bien fonctionné. J’en suis très fière. »

Quelle conséquence pour votre société? 

« Je pense que ce périple a eu des effets positifs sur ma société . J’ai toujours voulu que ce périple soit très positif et je l’ai fait d’une manière engagé. Mais c’est vrai que ça a du donner un coup de projecteur sur Le Fauteuil Roulant Français de manière générale. Je pense que ça nous a donné un petit peu plus de visibilité , à la fois à la société et aux personnes en situation de handicap. »

Comment l’idée de créer votre société de fauteuil roulant français a-t-elle germé dans votre esprit? 

« Il y a plus de trois ans, j’ai voulu faire renouveler mon fauteuil. Après mes démarches de renouvellement, je me suis aperçu qu’il n’y avait pas d’alternatives françaises, ni de marque française dans le fauteuil roulant actif et sportif pour les handicapés de naissance . Il faut aujourd’hui promouvoir un savoir faire, qui peut être assimilé au fauteuil roulant. »

Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir?

« Qu’un accord entre Le Fauteuil Roulant Français et l’Etat soit trouvé, pour que l’on puisse équiper l’ensemble des participants en fauteuil roulant, lors des futurs jeux paralympiques en 2024 . Le but est que demain, nos sportifs paralympiques puissent être sur un matériel et sur une marque française. L’ objectif avec cette société était de devenir un fleuron de l’industrie française et un acteur majeur à l’échelle de la France, de l’Europe et de l’international. Et avec les rencontres des prochains jours, on est en bonne voie. »

Yanis Darras

 

Crédit photo de couverture : ©ladépeche/Julie Philippe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s