Pourquoi faire aujourd’hui ce que l’on peut faire dans 5 ans

Et Voila c’est fait. Après avoir tergiversé pendant plusieurs semaines et repousser le vote de l’interdiction du glyphosate, l’union européenne a finalement renouvelé la licence du produit pour une durée de 5 ans. Et cette fois-ci même Jupiter semble vouloir faire profil bas.

#Makeourplanetgreatagain – AFP / John Macdougall

Un chapitre clos dans la honte

Le Président de la République française, qui a l’habitude d’inonder son compte Twitter de déclarations passionnées (mais qui n’aime pas en faire des caisses ; à l’heure ou j’écris cet article on aperçoit plus d’une trentaine de tweets ou Emmanuel Macron nous fait la démonstration de la profondeur de l’amitié qui unit la France au continent africain), n’a produit qu’un seul tweet concernant l’affaire du glyphosate.

Un tweet discret, timide qui n’a pas tardé a suscité l’indignation des détracteurs de l’herbicide. Jannick Jadot, eurodéputé écologiste s’est exprimé sur le sujet hier matin au micro de France inter : « Quand il veut aller vite, il fait une ordonnance, là on a un tweet ».

Loin de cacher sa déception, le député européen déplore l’absence de consensus sur l’interdiction du glyphosate au sein des pays membres. Selon lui l’interdiction de la substance en France d’ici 3 ans est un leurre, il craint la montée d’une « usine à gaz » inapplicable à l’échelle de l’UE. Rappelons tout de même que le glyphosate a été classé par le centre international de recherche contre le cancer (organe indépendant de l’OMS) en tant que cancérigène probable.

 Réactions partagées au sommet de l’Etat

Au sein même du pouvoir exécutif, les réactions sont assez diverses. Le Premier ministre Edouard Phillippe semble avoir quelques regrets quant à la décision formulée par l’Union européenne, c’est en tout cas ce qu’indique un communiqué de Matignon :

« La France regrette le vote européen de lundi réautorisant le glyphosate pour 5 ans et demande à la Commission européenne de faire rapidement des propositions pour revoir ses modes d’évaluation des substances chimiques. »

Le Ministre de l’agriculture Stéphane Travert quant à lui se satisfait de voir la ré-autorisation du glyphosate passer de 10 à 5 ans. Selon lui la France dispose maintenant d’un calendrier et pourra profiter des 5 prochaines années pour préparer sa transition :

« Il faut utiliser ces cinq ans de manière positive. Il faut que ces cinq ans soient utiles à l’agriculture, et à notre environnement. Ce sont cinq années durant lesquelles nous allons travailler à rechercher des alternatives, cinq années durant lesquelles nous allons mobiliser la recherche, l’innovation pour que demain nous puissions modifier les pratiques agronomiques au service des agriculteurs, mais aussi de notre environnement », a-t-il assuré (rien de concret rassurez vous).

Camille Martin

Crédits photo de couverture : Thibault Camus / AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s