Stade Français : à la recherche d’un nouveau souffle

Battu par Agen le week-end dernier, le Stade Français accueille dimanche prochain à Jean-Bouin son adversaire historique: le Racing 92. Une nouvelle défaite plongerait les hommes en rose dans la crise. 

Stade Français
Le Stade Français d’Alexandre Flanquart et Paul Gabrillagues est en grand danger avant la réception du Racing. ICON SPORT/DAVE WINTER

Sous fond de fusion avortée, le derby parisien a pris, depuis mars dernier, une dimension nouvelle. Car si le staff parisien a changé depuis, nul doute que Craig Cooper, Olivier Azam et Julien Dupuy se serviront de cet « évènement » pour remobiliser leurs troupes. Battus deux fois à domicile cette saison (contre Lyon puis Toulon), les Parisiens, qui viennent d’enregistrer l’arrivée pour la saison prochaine du biarrot Hamdaoui, ont un bilan bien maigre. Quatre victoires pour sept défaites, l’urgence plane sur la capitale.

Déjà relégués à 11 points du Top 6, les regards sont d’ores et déjà tournés vers le maintien. Les ambitions de « Top 3 européens sur le long terme » seront pour plus tard. Car au delà de ce derby, Paris ne compte plus que 7 points d’avance sur la 13ème place, dont Brive tente de s’extirper.

Et l’inquiétant mois de novembre du Stade Français ne devrait pas rassurer Hans-Peter Wild, le nouveau propriétaire du club, ni les supporters parisiens. Avec ses défaites à Brive et Agen, et sa victoire à l’arrachée contre Oyonnax, Paris a manqué sa mission : celle de prendre un grand bol d’air sur la zone rouge. Pire, il a relancé ses concurrents directs, en leur laissant à tous des points plus que précieux.

La victoire sinon rien ?

Depuis le 7 octobre dernier – et une victoire 31-20 contre Montpellier -, les Stadistes enchaînent les défaites, 5 en 6 matchs (challenge européen et championnat). De son côté, le Racing a clairement repris du poil de la bête. 5 victoires, dont la dernière en date contre le leader montpelliérain.  Un cinglant 26-0 qui situe le niveau de forme des Ciel et Blanc…

Revenus à la 4ème place, le Racing poursuit sa mission reconquête. Et les deux clubs franciliens sont aujourd’hui à la croisée des chemins. 4 victoires pour 7 défaites pour Paris, 7 victoires pour 4 défaites côté Racing. Un bilan totalement opposé, qui fait clairement pencher la balance vers le club de Jacky Lorenzetti.

Mais bien souvent, lorsqu’ils sont au pied du mur, les Stadistes reprennent des couleurs. Et avec le retour de leurs internationaux, les Parisiens pourraient enfin réveiller un Jean Bouin en manque de sensations fortes. Dans cette « amitié » vieille de 120 ans, une chose est sûre : aucun cadeau ne sera fait au Stade Français.

Quentin Gesp

Crédits photo de couverture : Icon Sports/Dave Winter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s