Prisons : « Nous sommes 3 dans une cellule de 9m2 prévue pour être individuelle ! »

Lundi 6 novembre, 30 députés membres de la commission des Lois se sont invités par surprise dans les prisons françaises. Une action qui met en lumière les conditions dramatiques de détention. Ce constat est amplement confirmé par les propos de Leo, actuellement détenu à Fresnes, que nous avons rencontré.

Les députés ont visité, lundi dernier, 26 prisons françaises @ Franck Dubray

Après plusieurs enquêtes accablantes cette année concernant les conditions de vie carcérale, le monde politique semble enfin s’intéresser au sort de nos prisons. Au total 26 établissements ont été contrôlés par une quarantaine de députés dans le but de mieux comprendre les problématiques judiciaires. Au programme :  visite des maisons d’arrêts et des maisons centrales sur l’ensemble du territoire. Mercredi 8 novembre, les députés ont partagé leurs conclusions dans le but d’améliorer la politique carcérale française trop régulièrement pointée du doigt.

Comme un lundi en prison

A l’origine de cette initiative inédite, la députée LREM des Yvelines et présidente de la commission des Lois, Yaël Braun-Pivet s’est elle-même rendue dans la prison du Bois d’Arcy. La députée y a découvert un exemple de prisons « surpeuplées et souvent vétustes » et dénonce les conditions et les moyens insuffisants du personnel carcéral.

Entre les détenus qui dorment sur des matelas par terre, l’insalubrité des lieux et l’archaïsme des outils à disposition des surveillants, l’opération a mis en relief une longue liste de dysfonctionnements.
L’ensemble des parlementaires se sont dits choqués par ce qu’ils ont observé comme le résume cette vidéo du débat qui a suivi mercredi dernier à l’Assemblée. 

Un chantier colossal

Emmanuel Macron avait annoncé le 31 octobre dernier, à la Cour européenne des Droits de l’Homme, vouloir que « l’enfermement ne soit pas le seul horizon ». Le président français a notamment parlé de développer les travaux d’intérêts généraux en créant une « Agence » qui permettrait de mieux les encadrer. Cette mesure tenterait d’aller dans le sens d’un désengorgement des prisons. « Ce chantier est immense mais indispensable pour notre société » a-t-il annoncé. Un chantier qui contient de nombreux enjeux tous plus importants les uns que les autres. La récidive, la radicalisation ou la réinsertion vont être les sujets auxquels la Garde des Sceaux devra s’atteler dans les mois à venir. Mardi prochain, une commission avec la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté Adeline Hazan devrait permettre d’avancer sur la question.

« C’est triste à dire mais on s’habitue vite à vivre avec des rats »

Bien qu’il ait le mérite de relancer le débat, ce réveil se veut un peu tardif au pays des Droits de l’Homme. Incarcéré à la Maison d’arrêt de Fresnes depuis plus d’un an, Leo, 29 ans, condamné à une peine de deux ans ferme nous livre ses impressions de l’intérieur.

Leo, pouvez-vous nous parler de vos conditions de détention ?

Leo : Des conditions très difficiles, nous sommes 3 dans une cellule de 9m2 prévue pour être individuelle. En plein été sous 40 degrés c’est assez compliqué, notamment le fait que l’on ait le droit qu’à trois douches par semaine. Le plus dur pour moi c’est les promenades, on se retrouve à 30 dans un carré vide, parfois je ne descends même plus. En terme d’hygiène c’est triste à dire mais on s’habitue vite à vivre avec des rats. J’ai notamment eu des punaises de lit dans la cellule. Après la demande il a fallu attendre 4 ou 5 mois pour qu’ils viennent traiter la cellule avant qu’elles ne reviennent deux semaines plus tard.

Qu’est-ce que vous n’auriez pas imaginé avant d’arriver en prison ?

Même si ça n’a rien à voir avec ce que l’on voit dans les séries américaines, c’est vraiment vivre à 3 dans 9m2 qui m’a surpris. Quand on est tous à l’intérieur, il faut forcément qu’au moins une personne soit dans son lit pour pouvoir circuler. Je m’en suis encore plus rendu compte lors du battage médiatique sur Fresnes au début d’année. Beaucoup de photos sont sortis dans la presse et sur certaines on peut se demander si nous sommes bien en France. Toujours en ayant bien la lucidité qu’on reste des détenus et qu’on ne soit pas au Club Med, être enfermé loin des siens est déjà assez compliqué pour ne pas à subir des locaux pourris et des conditions aussi dures. On ne demande bien évidemment pas des piscines, juste des conditions décentes.

L’état déplorable d’une cellule pour trois personnes à la Maison d’Arrêt de Fresnes @afp.com/PATRICK KOVARIK

Quelle est votre relation avec les autres détenus ?

Avec les détenus, plutôt bien. Contrairement à d’autres prisons où il y a beaucoup plus de violences, ici on arrive dans un nouveau groupe et l’intégration ne pose pas vraiment de problèmes. Après à Fresnes, on est très compartimenté. Techniquement parlant, des détenus condamnés pour des délits ne peuvent pas être à côté de détenus ayant commis des crimes. Ce n’est plus si vrai que ça maintenant vu le problème de place, mais globalement je n’ai pas été confronté à des problèmes particuliers.

Et avec le personnel pénitencier et l’administration ?

Le gros problème vient du surpeuplement. Quand on a un taux de remplissage de 200% chaque demande prend beaucoup de temps, surtout pour les activités ou pour pouvoir travailler. Avec les surveillants, globalement ça se passe plutôt bien. Il y a quand même régulièrement des abus. Je pense que ça doit être pareil ailleurs mais ici on sent vraiment qu’ils ne sont pas là pour parler mais pour impressionner le plus rapidement possible.

Avez-vous entendu parler des visites des parlementaires et qu’en pensez-vous ?

Oui j’en ai entendu parler. Je vois ça comme une bonne initiative. Même si forcément ce n’est pas en visitant une prison une matinée que l’on se rend compte des conditions d’une détention, c’est évidemment mieux de savoir de quoi on parle avant d’en débattre.

 

Crédit photo à la Une : GettyImages

Ludovic Heinry

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s