Ligue 1 : Christophe Jallet, le chauve inaltérable

Footballeur hors pair, arrière droit sans prétention et idole des supporters, Christophe Jallet fête aujourd’hui ses 34 ans. Hommage au « divin chauve » de la Ligue 1.

Christophe Jallet, la véritable star de l’équipe de France | Reuters/Pascal Rossignol

Adoré pour sa simplicité et loué pour son fair-play, Christophe Jallet s’est imposé dans le paysage footballistique français. Avec son parcours atypique mais forçant l’admiration, il incarne à lui tout seul un football populaire, en bref: le football qu’on aime.

Talentueux joueur de l’AL Saint-Brice, puis de l’UA Cognac, Jallet n’intègre un centre de formation qu’à 15 ans. Tout de suite adopté par les Chamois niortais, il découvre la Ligue 2 puis le National, où il sera sacré champion de France. Alors positionné en milieu défensif, il quitte Niort pour un club de l’élite: le FC Lorient de Christian Gourcuff. Son travail est récompensé par le technicien breton, qui le fait passer titulaire dès sa première saison, au poste d’arrière droit. Auteur de matchs aboutis et sérieux, il se révèle comme étant la très bonne pioche de la Ligue 1. Il est même auteur d’illuminations, dont lui seul semble détenir le secret :

Son talent tape dans l’œil des cadors de la Ligue 1, et notamment au PSG, équipe contre laquelle il avait débuté sa carrière dans l’élite. A peine remis de deux saisons cauchemardesques, le club de la capitale lui offre un contrat de 4 ans. Arrivé sur la pointe des pieds dans un club en reconstruction, Christophe Jallet est devenu à Paris LE Jallet que l’on connaît. Après avoir joué la doublure de l’excellent Marcos Ceara, il se révèle aux yeux du Parc des Princes. En fin de saison, il offre même à Guillaume Hoarau le but vainqueur en finale de la coupe de France contre Monaco: son premier titre professionnel. Le couloir droit devient pour lui une voie rapide vers le 11 titulaire parisien.

Le PSG version Qatar

C’est alors que Jallet apprendra l’arrivée de richissimes Qataris à la tête du club parisien. Exit le PSG « low cost » de Colony Capital, voilà le projet « bling-bling » – stars et paillettes – du nouveau Paris Saint-Germain. « Mister » Carlo Ancelotti se retrouve à la tête d’une équipe en construction, mais déjà pleine de promesses. Six mois après son arrivée, l’Italien voit rien moins qu’en Jallet le nouveau capitaine du club, et « le meilleur latéral droit de Ligue 1 ».

Le latéral droit découvre les quarts de finale de Ligue des Champions, se fait une place dans un effectif pléthorique, sympathise avec Thiago Silva, Maxwell, Motta et Ibrahimovic. Il prend même part aux célèbres barbecues de Sylvain Armand (®) en compagnie de David Beckham. La French Touch.

De Lyon à Nice

A l’été 2014, il choisit de relever un nouveau défi, après avoir garni son armoire de trophées. Il signe à l’Olympique Lyonnais, où il s’impose tout naturellement. En bon soldat, il participe activement au retour de l’OL en C1, et accompagne de jeunes talents comme Lacazette, Fékir ou Tolisso. Son aventure en terre rhodanienne se termine finalement en juillet 2017, après une saison plus compliquée.

Parti sur la Côte d’Azur cet été, il est à nouveau titulaire indiscutable à Nice. Aussi à l’aise à gauche qu’à droite, il est le joint de culasse (1) de Lucien Favre. Si les résultats niçois sont loin d’être à la hauteur pour le moment, le natif de Cognac continue, lui, d’aligner des prestations intéressantes. Ce qui lui vaut d’être appelé en équipe de France pour les derniers matchs de qualification à la coupe du monde 2018 (contre la Bulgarie et la Biélorussie).

Une Coupe du Monde pour finir ?

A 34 ans, il pourrait découvrir – l’été prochain – les joies d’un Mondial en bleu. Dans une lutte à trois pour deux places (avec Sidibé et Corchia), l’expérience, à l’évidence, joue en sa faveur. A l’image d’un Patrice Evra lors de l’Euro 2016, Didier Deschamps aime s’appuyer sur des leaders de vestiaire, et Jallet pourrait tirer son épingle du jeu. Deux ans après avoir pris part à sa première compétition internationale, il incarne la doublure idéale de Djibril Sidibé. Capable des plus grands coups de génie, sa patte droite paraît (en tout cas) indispensable.

Partout où il est passé, Jallet s’est imposé. Sa bonhomie (presque rustique) charme et plait. Dirigeants, entraîneurs, coéquipiers et supporters, Christophe Jallet n’a que des admirateurs dans le « petit » monde du ballon rond. Le voir alors porter le maillot frappé du coq à la coupe du monde serait une belle récompense, pour l’ensemble de son oeuvre.

Alors bon anniversaire, et longue vie à toi, « Jaja, le divin chauve ».

Quentin GESP

(1) Qu’est-ce donc ? Le joint de culasse est l’un des éléments les plus importants du moteur. Il est fondamental de le conserver en parfait état et de ne pas attendre la panne moteur pour le remplacer s’il montre des signes de vieillissement.

Crédits photos: Reuters/Pascal Rossignol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s