Le magazine « Têtu » renaît sur papier

Le magazine emblématique gay, absent des kiosques pendant plus d’un an après sa liquidation judiciaire, revient dès mardi 28 février avec pour ambition d’accompagner les nouvelles générations LGBT vers « de nouveaux horizons ». 

Exit les cover boys, ces corps masculins dénudés et bien musclés en une. La nouvelle couverture de « Têtu » tranche avec le style des derniers numéros parus en 2015. Place aux visages de jeunes qui ont survécu à la « Manif pour tous », surmontant le slogan: « A nous ! Vers de nouveaux horizons militants ». Un slogan qui rappelle, en revanche, le premier numéro du magazine, vieux de vingt ans, qui lui aussi lançait un mot d’ordre: « Sortez du placard, à la plage, dans la rue ».

« Têtu » plus jeune et plus engagé

La petite équipe de rédaction du nouveau Têtu, composée d’une dizaine de collaborateurs dont la moyenne d’âge ne dépasse pas 26 ans, a d’ailleurs choisi de mettre trois jeunes LGBT en couverture, dont Adrian, un garçon transgenre, une première pour un magazine grand public en France.

Adrien Naselli, rédacteur en chef du magazine et ancien de France Culture et d’Inter, espère ainsi que « Têtu » incarne désormais davantage cette génération particulièrement sujette à de violentes controverses qui ont accompagné la loi Taubira.

«Dans la communauté LGBT, le message de solidarité fait débat. Sous ce quinquennat, il y a une avancée sociétale [le mariage pour tous], beaucoup de renoncements et des victimes collatérales [de l’homophobie]. Dès lors, il faut avancer en rang serré».

Le constat du nouveau « Têtu » est aussi celui de la propagation d’un mouvement ultraconservateur et des risques que soulèvent le programme de François Fillon sur l’adoption plénière pour les couples homosexuels, ou encore celui de Marine Le Pen sur leur droit au mariage. L’équipe du magazine veut donc « repositionner Têtu comme un acteur important sur les questions politiques« . M. Naselli parle aussi d’un « journalisme de solutions », ancré dans la réalité.

 Objectif: 20 000 ventes

Un objectif ambitieux dans un contexte où la presse gay a du mal à exister – rappelez-vous la mise en liquidation judiciaire de Têtu en 2015- cette nouveauté éditoriale, animée par une rédaction plus jeune, pourra-t-elle assurer la pérennité du magazine?

Le journaliste Didier Lestrade, ancien de la maison, est en tout cas impatient de feuilleter le nouveau Têtu.

« Avec les élections, il y a une telle frustration politique et un besoin de s’exprimer dans la communauté qu’il y a un boulevard pour faire quelque chose. Le  fait d’avoir une rédaction plus jeune, qui s’adresse à des jeunes, c’est une bonne chose car notre génération a déjà donné : on ne va pas cracher dans la soupe.» 

Il faudra espérer que ce retour de Têtu sur papier aura le même succès que son site Tetu.com qui accueille aujourd’hui environ 500 000 visiteurs uniques par mois. C’est d’ailleurs ce qui a convaincu le nouveau propriétaire du titre, la start-up iDyls, de passer à l’étape du papier.
Si le succès est au rendez-vous, l’entrepreneur imagine décliner Têtu dans les services ou encore les événements. Rendez-vous dans quelques mois.

Mélissa Kalaydjian

*Crédit photo à la Une: DR.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s