« Rogue One: A Star Wars Story » : le défi risqué de Disney

Un an après le succès planétaire du « Réveil de la force », le nouveau volet de la saga Star Wars arrive en salles aujourd’hui. Un challenge relevé pour ce Rogue One qui doit inaugurer une nouvelle série de films dérivés.

Retour express dans une galaxie très lointaine. Un an après la sortie du « Réveil de la force » la saga de science-fiction Star Wars s’offre un nouvel épisode, en salles ce mercredi 14 décembre. Réalisé par le britannique Gareth Edwards – à qui l’on doit le « Godzilla » de 2014-, « Rogue One » a un défi de taille à affronter : élargir l’univers de la franchise au cinéma et succéder à la performance du Réveil de la force.

Même univers, nouveaux personnages

L’intrigue de Rogue One se déroule juste avant celle de l’épisode original de la saga, « Un nouvel espoir », réalisé en 1977 par Georges Lucas. Il s’agit d’un spin-off, un épisode qui rompt avec l’histoire du « Réveil de la force » sorti l’an dernier et qui initiait une nouvelle trilogie. Exit Han Solo, RD2D2 ou la famille Skywalker et bienvenue à la nouvelle héroïne Jyn Erso, campée à l’écran par l’actrice Felicity Jones. En compagnie d’autres rebelles, elle forme la troupe chargée d’obte­nir les plans de la fameuse Etoile noire. Ce vaisseau gigantesque détruit dans le premier épisode de la série, « Un nouvel espoir ». Rogue One inaugure une série d’opus indépendants qui permettront d’explorer et d’étendre l’univers de Star Wars. Au risque de perdre un peu le public.

Casting de "Rogue One". Crédit : JONATHAN OLLEY/DISNEY
Casting de « Rogue One ». Crédit : JONATHAN OLLEY/DISNEY

Le premier d’une série de films dérivés

Rogue One illustre la stratégie annoncée par les studios Disney, qui ont acquis la licence Star Wars en 2012 pour un montant de 4 milliards de dollars. Objectif : produire un film par an avec une sortie alternée entre les épisodes « numérotés » et les spin-offs indépendants. A terme, la firme aux grandes oreilles aimerait établir un monde étendu, comme ils l’ont déjà fait avec la franchise Marvel, rachetée elle aussi par Disney. A l’instar des Iron Man, Thor ou autres Avengers, l’idée est d’établir une cohérence entre les opus et d’éploiter la richesse de cet univers. Rogue One est le premier de ces films dérivés  dont les deux prochains épisodes sortiront respectivement en 2018 et 2020. C’est l’occasion pour les studios d’estimer le potentiel de cette politique.

Le poids des enjeux financiers

Rogue One aura la tâche difficile de succéder au « Réveil de la force ». Il y a un an, l’épisode VII réalisait quelque 2 milliards de dollars de recettes au box-office mondial, devenant le troisième film ayant rapporté le plus d’argent de tous les temps. Sur le sol française, il a réuni 10 millions de spectateurs, soit le film ayant fait le plus d’entrées de l’année. Le « Réveil de la force » signait le retour de la célèbre franchise à l’écran après plus de dix ans d’attente depuis la sortie du dernier opus en salle « La revanche des siths ». Si Disney a annoncé que des chiffres comparables seraient difficiles à atteindre, il est fort probable que les résultats de Rogue One seront étudiés à la loupe. En jeu, l’exploitation massive de la poule aux oeufs d’or, quitte à en épuiser toute la force.

Max Morgene

Crédit Photo couverture : Affiche officielle, Lucasfilm Ltd. Jonathan Olley

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s