Mort de Gotlib, monstre sacré de la BD

Le dessinateur de bandes dessinées Marcel Gotlieb s’est éteint dimanche 4 décembre. Le monde du dessin perd l’un de ses grands représentants. 

La bande dessinée est en deuil. Le père de Gai-Luron et de Superdupont est mort ce dimanche à l’âge de 82 ans ont annoncé les éditions Dargaud à l’AFP.

« Les millions de lecteurs ayant appris à rire dans les pages de la “Rubrique-à-brac”, des“Dingodossiers” ou de “Gai-Luron” perdent un humoriste fascinant, un dessinateur virtuose, un touche-à-tout iconoclaste et un ami cher qui parvenait à provoquer le rire à la moindre de ses pages », a ajouté l’éditeur.

En 30 ans d’activité, Gotlib, ou Marcel Gotlieb de son vrai nom, s’était imposé comme l’un des acteurs phares du monde du dessin. Il a notamment lancé les magazines Les échos de la savane en 1972 et Fluide Glacial en 1975.

Au fil des années, il avait coopéré avec les autres « monstres » de la bande dessinée, Franquin, René Goscinny, Albert Uderzo ou encore Mandryka. Son trait se caractérisait par un humour absurde, parfois féroce.

Pervers pépère, héros pas si méchant de la BD du même non. DR Gotlib.
Pervers pépère, héros pas si méchant de la BD du même nom. DR / Gotlib.

En 1986, il décide de raccrocher le crayon, mais obtient le Grand prix du festival d’Angoulême en 1991 pour l’ensemble de son oeuvre. En 2014, un exposition lui est consacrée, « Les mondes de Gotlib », au Musée d’art et d’histoire du judaïsme à Paris.

Depuis l’annonce de sa mort, les hommages se sont multipliés sur Twitter.

Max Morgene

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s